Enterrement Musulman en France

Les Pompes Funèbres Musulmanes OBSÈQUES NOUR effectuent toutes les démarches nécessaires pour vous garantir une inhumation locale en pleine terre dans un carré musulman en adéquation avec le rite musulman.

L’inhumation, appelée communément « enterrement » consiste à placer le corps d’un défunt dans une sépulture au cimetière. Dans la tombe, le défunt doit être étendu sur le côté (droit) et faire face à la Mecque.

On place le mort dans sa tombe sur son côté droit le visage tourné vers la Ka’aba. C’est la pratique en vigueur depuis l’époque du Messager d’Allah (ﷺ) jusqu’à nos jours, et ce dans tous les cimetières musulmans de la terre.

Où trouver un carré musulman sur Paris et en Île-de-France ? 👉"Liste des Carrés Musulmans".

Le mot : Carré Musulman

La religion musulmane impose aux défunts d’être enterrés le visage vers La Mecque. Pour une question d’organisation du cimetière, cette orientation des tombes musulmanes oblige souvent les mairies à créer des espaces dédiés dans les cimetières. Ce sont les ✴carrés✴. S’ils sont tournés vers La Mecque, les corps ne sont toutefois pas inhumés directement en terre comme le prescrit le Coran et la Sunnah mais dans un cercueil en bois écologique et biodégradable, conformément à la loi du CGCT.

Le respect des rites musulmans et ce que dit la loi française

Pour les musulmans, la question posée est celle de l’orientation particulière des tombes, le corps du défunt devant être allongé en direction de La Mecque. Une donnée de même nature existe pour la religion juive. Si l’espace n’était pas rare, le principe de neutralité conduirait la juxtaposition des tombes, les unes et les autres pouvant avoir une orientation différente. Mais la rareté de l’espace conduit inévitablement à aligner les tombes, ce qui crée la question des « carrés religieux ».

La circulaire du 28 novembre 1975 recommande aux maires « d’user des pouvoirs qu’ils détiennent pour réserver aux Français de confession islamique, si la demande leur en est présentée et à chaque fois que le nombre d’inhumations le justifiera, des carrés spéciaux dans les cimetières existants ». C’est une application très juste des principes : répondre, dans un esprit de service public, aux besoins des personnes. La neutralité, c’est-à-dire l’ouverture du cimetière à tous est respectée, car les secteurs confessionnels doivent prendre la forme de « regroupements de fait ».

En définitive, dans la mesure où le besoin existe, le maire doit créer des secteurs confessionnels comme des équipements de fait, sans matérialiser. Ce droit est équilibré comme le rappelle le Conseil d’Etat dans son rapport public de 2004 : « L’institution de carrés confessionnels dans les cimetières n’est pas possible en droit. Toutefois, en pratique, les carrés confessionnels sont admis et même encouragés par les pouvoirs publics afin de répondre aux demandes des familles, de confession musulmane notamment, de voir se créer dans les cimetières des lieux d’inhumation réservés à leurs membres ». Chaque partie doit mettre en œuvre ces dispositions dans un esprit constructif. Le refus de réserver un secteur musulman, alors qu’une demande existe et peut être matériellement satisfaite, est un abus pouvant être contesté en justice.

Tout doit être fait pour respecter la volonté, expresse ou implicite, du défunt, consacrée par l’article 3 de la loi du 15 novembre 1887.

Texte de loi : L'inhumation-des-musulmans-en-droit-français-note-de-la-Grande-Mosquée-de-Paris

L’inhumation s’effectue dans un délai de 24 heures minimum à 6 jours au plus tard après le décès.

Si vous disposez déjà d’une sépulture familiale, nous nous informerons pour vous afin de savoir s’il reste ou non de la place pour y envisager l’inhumation d’un nouveau défunt.

Si vous ne disposez pas de concession dans un cimetière de la commune souhaitée, sachez que selon le CGCT (Art.L.2223-3) vous avez le droit d’en obtenir une dans le cas où :

Le défunt est décédé dans cette commune

Le défunt est domicilié dans cette commune

Le défunt est non domicilié dans cette commune mais possède un droit à une sépulture de famille

Le défunt n'a pas une sépulture de famille dans cette commune mais est inscrit sur la liste électorale de celle-ci

Dans les autres cas et pour toute inhumation, il est impératif d’obtenir une dérogation d'autorisation d’inhumer auprès de la mairie, nos conseillers funéraires s’occuperont de cette démarche pour vous.

Vous pouvez copier le modèle de lettre ou bien télécharger un PDF de la lettre de demande de dérogation en la personnalisant.

Nos conseillers funéraires organisent avec vous les funérailles musulmanes et restent à votre écoute jusqu'au jour de l'enterrement.

Nous organisons la prière mortuaire « Salât Janaza » en mettant tout en œuvre pour que soient respectées les volontés de la famille du défunt.

Un passage par une mosquée pourra être organisé avant l'inhumation au cimetière.

Les Pompes Funèbres Musulmanes OBSÈQUES NOUR interviennent sur Paris, la région parisienne et tout le territoire français pour répondre aux besoins de la communauté musulmane.

Le Saviez-Vous ?

►Tout résident a le droit d’être inhumé dans le cimetière de son lieu de résidence ou du lieu de décès uniquement.

►Certaines mairies acceptent de déroger à cette règle, si le défunt a un proche vivant ou enterré sur cette même commune.

►Les places, appelées concessions, dans un cimetière sont périodiques et renouvelables. Elles varient d’une durée de 10 ans à 50 ans.

►Il existe différents types de concessions funéraires. La concession individuelle dédiée à une seule personne.

►La concession de famille qui permet d’accueillir les membres d’une même famille tels que les grands-parents, les parents et les enfants.

►La concession collective qui permet d’accueillir toute personne mentionnée sur l’acte de concession, peu importe le lien de parenté.



Soucieux de pouvoir répondre aux attentes des familles endeuillées

Nous sommes à votre écoute 7j/7 au 07.54.84.34.59